A Zagreb et à Split, découvrez le talent d'Ivan Mestrovic : le Rodin croate

Ivan Mestrovic est l’un des artistes les plus renommés du début du XXème siècle et décrit comme le plus célèbre de Croatie. Principalement sculpteur mais aussi peintre, architecte et écrivain, il est le premier artiste vivant à exposer au Metropolitan Museum of Arts de New York en 1947.  Au cours de sa carrière, il a toujours été en contact avec d’autres grands artistes de l’époque. A Vienne, il partage un studio avec Gustav Klimt et est un ami proche de l’architecte Otto Wagner

Il rencontre le sculpteur français Rodin, qu’il admire et dont il s’inspire au début de sa carrière. Les deux artistes se lient d’amitié. On peut observer cette influence de Rodin dans la première œuvre majeure de Mestrovic “Le Puit de la vie”. L’œuvre, achetée par la ville de Zagreb, est toujours exposée devant le Théâtre Nationale de la ville. Également architecte, il a conçu plusieurs bâtiments. 

Aujourd’hui, on peut observer son travail dans les musées Mestrovic de Zagreb et de Split, dans les espaces publics de plusieurs villes en Europe mais aussi aux Etats-Unis. C’est artiste intemporel est un vrai coup de coeur qui a toujours su transmettre des émotions et des messages forts au travers de ses réalisations. 

Revenons sur sa biographie plus en détails avant de découvrir les œuvres à admirer en Croatie, en balade à Zagreb ou bien à Split, que ce sit dans les rues ou dans les musées Ivan Mestrovic. 

Retour sur la vie de l’artiste

Premiers pas

Mestrovic naît en 1883 en Croatie et passe son enfance dans la campagne de Dalmatie.  A 17 ans, il se rend à Split pour étudier la sculpture et le dessin, puis tente en vain d’intégrer l’ Académie de Vienne. Étant mieux préparé, notamment par le sculpteur Otto König, il parvient à entrer à l’Académie des Beaux-Arts de Vienne. Il y fait la rencontre de Rodin en 1902. Le maître français reconnaît immédiatement le talent du jeune Mestrovic, de 43 ans son cadet, et ils se lient d’amitié.

Il est diplômé 2 ans plus tard et commence à exposer à Vienne et à Prague. Il part vivre à Paris, dans un studio qu’il loue à Montparnasse. Il passe aussi beaucoup de temps dans l’atelier de Bourdelle et celui de Rodin pour perfectionner son style. Il crée intensivement pendant 2 ans jusqu’à 50 sculptures. 

Premières reconnaissances et succès

En 1910, il expose à Vienne avec succès et une partie de ses œuvres est transférée à Zagreb. La ville achète La fontaine de la vie (1905) pour un espace public. Il continue d’exposer et devient professeur puis recteur à l’Académie des Beaux-Arts de Zagreb. 

En 1911, c’est la consécration : il remporte le premier prix pour la sculpture européenne à Rome pour ses Fragments du Kosovo, un groupe de sculptures monumentales  lui conférant une reconnaissance internationale. Son style est alors “sécessionniste” ou “art nouveau”, très apprécié à l’époque. 

Suite aux horreurs de la première guerre mondiale, il crée dans un style inédit pour lui : l’expressionnisme et avec une religiosité mystique. Ce style déforme la réalité pour accentuer les émotions. Pour autant, il s’inspire aussi des œuvres antiques ou renaissance. La Vestale (1917) de Mestrovic est un parfait exemple d’interprétation de la mythologie dans un style Art Nouveau et Art Déco. 

En 1924, il débute une série d’exposition aux Etats-Unis après une première exposition réussie et qui lui est entièrement dédiée à Brooklyn. Il décide de créer un espace d’exposition permanent pour ses œuvres à Split, aujourd’hui la Galerie Mestrovic qu’il achève en 1939.

Les années sombres de la Seconde Guerre Mondiale

L’Italie envahit la Croatie en 1941. Alors à Split, Mestrovic se rend à Zagreb et est capturé par les Oustachis (mouvement séparatiste soutenu par les régimes fascites qui finit par prendre le contrôle de la Croatie). La sixième nuit de son internement, il est réveillé en sursaut et on donne l’ordre de le tuer. Il échappe à la sanction et est finalement libéré en 1942. Pendant le conflit, il a toujours refusé de concevoir des oeuvres pour le régime fasciste. Il quitte la Croatie pour se réfugier en Suisse et créer un chef-d’œuvre de l’expressionnisme Job (1946). Cette œuvre puissante personnifie la souffrance. C’est un exutoire pour l’artiste après cette période traumatisante. 

Installation aux USA et postérité

Les Etats-Unis deviennent son pays d’adoption après la Seconde Guerre Mondiale, où il a perdu des membres de sa famille. Il refuse de vivre dans la Yougoslavie communiste mais reste très attaché à son pays d’origine. Il perd deux de ses enfants à cette même période et son travail devient dès lors marqué par le deuil et la tristesse.  

Il obtient la nationalité américaine, enseigne dans une université de l’Indiana et ira jusqu’à être élu membre de l’Académie Américaine des Sciences et des Arts. Il s’éteint en 1962 et est inhumé dans le mausolée familial qu’il a fait bâtir dans son village de Dalmatie. Déjà 10 ans avant sa mort, il fait don de son art et de ses possessions à l’Etat Croate. 

Nombre des ses sculptures et peintures sont exposées dans le monde et certaines dans des espaces publics. Une fondation gère aujourd’hui les musées Mestrovic et est chargée de faire vivre son art.

Où admirer les oeuvres de Mestrovic à Split ?

La galerie Mestrovic et la dépendance Crikvine-Kastilac, Split

Mestrovic a fait bâtir une villa à Split dans le but d’y vivre, de créer et d’exposer à la fois dès les années 20. La villa est entourée par un parc agrémenté de plantes et aromates méditerranéens. L’entrée est monumentale, avec des marches surmontées de colonnes mais le plus impressionnant est la vue sur la mer au loin, sans constructions pour entraver la vue. A l’intérieur, on apprend vraiment à connaître Mestrovic, son travail, sa personnalité, sa vision. Il a également fait appel à des artistes croates pour décorer et égayer la demeure. Cette visite est indispensable lors l’un de vos voyages à Split (Retrouvez ici nos suggestions de voyages à Split et en Dalmatie). 

Sur le même terrain, il fait rénover une ferme du 16ème siècle située juste au bord de la mer. Il souhaite apporter un souffle sacré et artistique à cette bâtisse, notamment avec une chapelle décorée de panneaux de bois sculptés et d’autres pièces exposant ses œuvres. 

 

La Statue de Grégoire de Nin

La Statue de Grégoire de Nin (Grgur Ninski) est d’abord exposée dans le Péristil à Split. Elle est retirée pendant la seconde guerre mondiale, puis réinstallée face à la Porte d’Or, toujours à Split. En bronze et haute de 8 mètres, elle est l’une des œuvres de Mestrovic les plus célèbres. Les croates ont pour habitude de toucher l’orteil de l’imposante statue pour leur porter chance. Grégoir de Nin est célèbre pour s’être opposé au Pape à l’époque médiévale pour imposer l’utilisation de la langue croate pendant les cérémonies religieuses. Il a donc joué un rôle important pour la langue croate, sa culture et son identité. Il est représenté comme un homme d’église puissant, passionné et presque invincible pendant un discours. Petite anecdote l’année auprès d’un guide de Split. Lors de la rénovation de la statue, on a découvert qu’elle est en fait creuse et qu’une personne peut se tenir debout à l’intérieur.

La Statue de Marko Marulić (1924)

Cet homme est essentiel à la culture du pays, en tant que père de la littérature Croate, à l’époque de la Renaissance. Split était sous influence vénitienne. Son histoire est également empreinte de tragédie. 

Sa statue est située sur la place Trg braće Radić Square à Split, plus communément appelée la Place aux Fruits (Vocni trg). Il est le premier à avoir utilisé le mot “psychologie” dans des écrits et a été un ambassadeur de la ville de Split qu’il affectionnait tout particulièrement. Il a été largement reconnu en Europe. 

La vie de Marulic est marquée par un événement particulièrement triste. Il aurait été l’amant d’une jeune femme issue d’une riche famille. Lui et son meilleur ami Papalic partageaient les mêmes sentiments pour cette femme et alternaient pour rendre visite à la belle en secret. Ils devaient escalader un mur pour atteindre sa chambre. Un jour, Papalic demande à Marulic de prendre sa place, même si ce n’est pas son tour. Marulic accepte mais le prix à payer est lourd. Il apprend plus tard que son ami Papalic a été surpris par des gardes et tué. La jeune femme n’est pas épargnée. Durement punie par son père, elle est emmurée vivante. Marulic a donc perdu son meilleur ami et la femme qu’il aimait. Il prend alors la décision de partir vivre dans un monastère sur l’île de Solta. 

Légende
Les étoiles jaunes représentent l’emplacement des oeuvres et musées Ivan Mestrovic à Split. Baladez-vous pour rejoindre ces lieux. Vous retrouvez une photo et le descriptif des oeuvres en cliquant sur les étoiles.

Où admirer les oeuvres de Mestrovic à Zagreb ?

L’atelier Mestrovic

Dans la ville haute de Zagreb, on peut pénétrer dans une maison d’apparence modeste depuis la rue et découvrir l’atelier Mestrovic. On est alors surpris par le vaste espace aménagé avec une certaine modernité dans la demeure de charme,  De nombreuses sculptures d’Ivan Mestrovic sont dispersées dans 4 pièces par thèmes et styles pour nous faire découvrir l’ensemble de sa carrière.

Le cimetière Mirogoj

Ce cimetière est l’équivalent du Père Lachaise parisien dans la capitale Croate. Il a été embelli par l’architecte Hermann Bollé entre 1879 et 1917, qui a ajouté des galeries. Celles-ci sont devenues un espace créatif pour les artistes de l’époque, dont Ivan Mestrovic. Pendant une balade atypique dans ce cimetière, il est amusant de chercher l’œuvre d’Ivan Mestrovic représentant un certain Vladimir Besic, un peintre célèbre en Croatie. 

Le Pavillon Mestrovic de HDLU (L’Association Croate des Beaux-Arts)

Imaginé par Ivan Mestrovic et achevé en 1938, le bâtiment est initialement dédié aux expositions d’art. Il est situé sur la place du Fascisme à Zagreb. Son usage a varié au cours des décennies, de mosquée à musée de la Révolution. En 1990, il est redonné à l’Assocation Croate des artistes et retrouve sa fonction d’origine. 

 

La Statue of Josip Juraj Strossmayer (1924)

Josip Juraj Strossmayer était un homme religieux puissant originaire de la région de Slavonie. Il a été évêque de Bosnie et de Syrmie, mais également homme politique, au point de diriger le Parti Populaire Croate en 1873, dans une Croatie alors sous l’influence de l’Empire Austro-Hongrois de François-Joseph. Sa statue en bronze est installée sur la place J.J.Strossmayer, près de l’Académie Croate des Arts et des Sciences. Il semble expliquer, être en plein discours. 

La statue d’Andrija Medulic (1930)

Ce peintre renaissance d’origine croate est représenté face au Pavillon des Arts, superbe bâtiment austro-hongrois avec une verrière, sur la place du Roi Tomislav. La statue en pierre semble en plein mouvement pour regarder avec intérêt et énergie quelque chose ou bien cherchant l’inspiration entre deux coups de pinceaux.

 

La Statue Nicolas Tesla, près de La Place aux Fleurs (Cvjetni Trg)

Au cours de sa vie, Mestrovic est devenu ami avec Nikola Tesla. 4 ans avant sa mort, il commande une statue. Elle est maintenant exposée près de la Place aux Fleurs dans le centre-ville de Zagreb.

 

Le puit de la vie (1905)

La sculpture “Le puit de la vie” est créée en 1905, au tout début de la carrière de Mestrovic, à l’occasion de La sécession de Vienne. Cette fontaine en bronze est exposée à son emplacement actuel en 1912, en face du Théâtre National Croate à Zagreb, la capitale. Elle reste une de ses œuvres majeures. Pourquoi la fontaine de la vie est-elle un chef d’œuvre de Mestrovic ? Il représente le cycle de la vie avec 10 corps nus qui forment une ligne continue autour du bassin. Les êtres représentés sont d’âge croissant, de l’enfant au vieillard. Tous sont représentés en train de communiquer, d’agir. Seul un personnage se détache : le plus âgé. Il fixe pensivement son reflet dans l’eau et semble troublé. Le talent de Mestrovic se remarque avec les expressions et les sentiments qu’il arrive à communiquer au travers de ses sculptures.

L’Histoire des Croates (1932)

Cette sculpture est très célèbre en Croatie. Mestrovic l’a créé pour interpréter et symboliser le peuple croate. Il a représenté sa propre mère tenant des tables avec l’inscription “L’Histoire des Croates”, représentée de manière humble, digne et forte. Elle a un rôle de gardienne de l’identité croate, de son héritage et symbolise également le foyer. La statue originale est en marbre et a été « conservée » par le roi Serbe après une exposition temporaire. Malgré les courriers de Mestrovic, la Serbie n’a jamais restitué la sculpture. Une copie en bronze est maintenant exposée devant l’Université de Zagreb. 

Légende
Les étoiles jaunes représentent l’emplacement des oeuvres et musées Ivan Mestrovic à Zagreb. Baladez-vous pour rejoindre ces lieux. Vous retrouvez une photo et le descriptif des oeuvres en cliquant sur les étoiles.

Le mot de la fin

Si  vous passez par la Croatie, on espère que vous aurez envie de découvrir le travail d’Ivan Mestrovic de vos propres yeux.

Retrouvez l’intégralité de nos séjours en Croatie.

Envie de partir en Croatie ?